Si vous êtes salarié(e)

Accueil > Financement > Si vous êtes salarié(e)

Les salarié(e)s peuvent bénéficier du droit à la formation et de différents financements. La reconversion professionnelle en étant salarié(e) (en CDI) est tout à fait possible. Projet de transition professionnelle, Congé de Formation Professionnelle et bien d’autres dispositifs de financement sont à votre disposition pour mener à bien et en toute sérénité votre projet de formation.

Projet de transition professionnel (CPF-PTP)

Il se substitue à l’ancien Congé individuel de formation (CIF) supprimé depuis le 1er janvier 2019.  Le Projet de Transition Professionnelle est une modalité particulière de mobilisation du compte personnel de formation, permettant aux salariés souhaitant changer de métier ou de profession de financer des formations certifiantes en lien avec leur projet.

Le Projet de Transition Professionnelle s’adresse aux salariés du secteur privé en cours de contrat CDI, CDD, ainsi qu’aux intérimaires et aux intermittents, sous certaines conditions.

Ce dispositif permet la prise en charge du prix de la formation et le maintien d’une rémunération pendant la durée de l’action de formation.
Consultez les conditions selon votre statut (CDD, CDI..) et votre ancienneté ainsi que les critères à respecter ici :
Le Projet de Transition Professionnelle | Transitions Pro

Le délai d’instruction variant de 3 à 5 mois avant l’entrée en formation, il est souhaitable de se rapprocher dès que possible d’un Conseiller formation M2i et d’un Conseiller en Evolution Professionnelle (CEP), pour étudier et construire sereinement votre futur professionnel.
Toutes nos formations sont éligibles à un financement via Transitions Pro.

 Notre conseil : il existe un Transitions Pro par Région. Consultez le site internet en tapant « Transitions Pro + le nom de votre Région » et contactez-les.

Congé de Formation Professionnelle (CFP) si vous êtes dans la fonction publique

Le compte personnel de formation (CPF) permet à l’ensemble des agents publics civils, titulaires comme contractuels, qui relèvent des dispositions de la loi n°83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, d’acquérir des droits à formation.

Ces droits prennent la forme d’heures qui peuvent être mobilisées pour suivre une formation et en obtenir le financement, pour préparer et mettre en œuvre un projet d’évolution professionnelle.

Depuis l’été 2018, chaque agent peut consulter ses droits sur l’espace numérique dédié www.moncompteformation.gouv.fr, géré par la Caisse des Dépôts à l’attention de tous les actifs.

Notre conseil : Pour plus d’informations, consultez le site internet https://www.fonction-publique.gouv.fr/compte-personnel-de-formation-cpf

Le compte personnel de formation (CPF)

Salarié du privé, le Compte Personnel de Formation (CPF) vous permet de financer vos formations tout au long de votre vie professionnelle !

Vous n’avez pas besoin de l’autorisation de votre employeur pour engager des formations hors temps de travail financées par votre CPF. Vous aurez en revanche besoin de son accord si vous souhaitez suivre la formation sur votre temps de travail.

Ce compte est automatiquement alimenté chaque année par votre employeur (500 € par année complète).
Le compte personnel de formation (CPF) est accessible sur Mon Compte Formation.
Il est utilisable tout au long de la vie active, y compris en période de chômage, ainsi qu’à la retraite pour suivre une formation qualifiante ou certifiante.
Grâce à l’application CPF, vous pouvez régler votre formation directement avec votre CPF.

Accédez à Mon Compte Formation :  https://www.moncompteformation.gouv.fr

 Notre conseil : pour vous y retrouver dans la jungle des références sur le site CPF, contactez-nous. Nous vous guiderons vers le bon lien d’inscription.

Fonds national de l’emploi (FNE-formation)

Le financement FNE-formation (renommé « FNE Formation Rebond », depuis le 2 novembre 2020) est un dispositif temporaire lié à la crise COVID-19, qui permet de financer les coûts pédagogiques des formations professionnelles.

Il a pour objectif d’aider les entreprises qui souhaitent bénéficier de cette période de sous-activité pour investir dans le développement des compétences de leurs salariés.

Toutes les entreprises peuvent bénéficier du dispositif.

Quels salariés peuvent bénéficier du dispositif FNE-Formation ?

Ce dispositif concerne les salariés déclarés en activité partielle (CDI et CDD, hors alternants).

Quelles sont les formations éligibles ?

Bilans de compétences, VAE et toutes les actions de formation, sauf les formations en alternance et les formations obligatoires hygiène-sécurité incombant à l’employeur.
100% à distance, présentiel ou mixte.

Notre conseil : Consultez le site du gouvernement : https://travail-emploi.gouv.fr/emploi-et-insertion/accompagnement-des-mutations-economiques/appui-aux-mutations-economiques/fne-formation

Plan de Départ Volontaire (PDV)

Le salarié peut envisager un départ librement négocié avec l’employeur en cas de difficultés économiques. Dans ce cas, le contrat de travail est rompu sans procédure de licenciement, selon certaines conditions et avec le consentement du salarié. Le salarié perçoit une indemnité de rupture de son contrat de travail.

Si l’entreprise est en difficulté économique, elle peut proposer aux salariés qui le souhaitent une rupture amiable du contrat de travail.

 

Cette rupture peut avoir lieu dans les cas suivants :

  • Accord de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC)
  • Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE)
  • Plan de départs volontaires (PDV)

Le salarié doit donner son consentement.
Les obligations légales prévues en matière de licenciement économique doivent être respectées par l’employeur. La proposition de départ négocié peut être faite par le salarié ou par l’employeur.

Notre conseil : Pour plus d’informations, consultez le site : https://www.service public.fr/particuliers/vosdroits/F24411

Plan de Développement des Compétences

Le Plan de Développement des Compétences (anciennement appelé “Plan de formation”) vise des formations financées par l’employeur destinées à faire évoluer le salarié au sein de son poste de travail.

Tout type d’entreprise peut mettre en œuvre un Plan de développement des compétences, quelle que soit sa taille ou son statut juridique.
Tout salarié peut être concerné par une action prévue dans le Plan de Développement des Compétences de son entreprise. Il ne peut la refuser car elle rentre dans le cadre de son contrat de travail. Un refus serait considéré comme une faute pouvant justifier son licenciement, sauf s’il s’agit d’un bilan de compétences, d’une VAE ou d’une formation exercée en dehors du temps de travail.
La demande de formation peut être à l’initiative des deux parties. En revanche, si la demande émane du salarié, l’employeur est libre de refuser ou d’accepter.

Pour plus d’informations, consultez le site : https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/entreprise-et-formation/article/plan-de-developpement-des-competences

Notre conseil : Pour se faire financer une formation par son employeur, il faut avant tout bien préparer son dossier et que l’employeur ait un retour concret en termes de bénéfices pour son entreprise.

Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE)

En cas de licenciement pour motif économique, l’employeur doit mettre en œuvre un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Ce plan vise à éviter les licenciements ou à en limiter le nombre. Il est établi en fonction du nombre de salariés dont le licenciement est envisagé. Il doit faire l’objet d’une validation ou d’une homologation de son contenu par la Dreets.

Le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) est un dispositif qui prévoit diverses mesures dans le but d’éviter ou de limiter les licenciements pour motif économique dans l’entreprise.

Le PSE est obligatoire dans les entreprises de 50 salariés minimum, lorsque le projet de licenciement concerne 10 salariés minimum sur une période de 30 jours consécutifs.

Notre conseil : Pour plus d’informations, consultez le site https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2811

Reconversion ou Promotion par l’Alternance (Pro-A)

Vous souhaitez rester dans votre entreprise, conserver votre salaire, ne pas quitter physiquement votre poste et réaliser une formation en alternance ? Le dispositif Pro-A est parfait pour une reconversion ou une promotion par alternance (Pro-A).

Notre conseil : les conditions d’éligibilité sont strictes, à étudier sur le site du gouvernement et avec l’OPCO de votre entreprise.

Vous souhaitez plus d’information sur les possibilités de financement de votre formation ?